<Previous      Next>
The Rivers of the Sixth Sense


Each of us holds a strand
of the rope of the dead
each of us one strand.

            *

“Something suddenly just whitened in him
as if it had snowed at the juncture of his conscience,
he no longer spoke now
    except in the name of his secret wound.”

            *

Light bruises resulting from sleep,
there where flesh touches bone,
the same as those worn there where the eye touches the world,
then carried away by the capillaries ---
the rivers of the sixth sense.

            *

The oracle is upon our lives
like a rattlesnake.

            *

Traces of time in the bauxite
strands of light in your questions

the enigma proves
the gift of insignificance.

            *

Cloistered
in the open space bordering the jail
there where a simple motion of the eyelash
can sever equilibrium

like a storm
caught in the ballast of the earth.

            *

Here nothing breaks
here thanks to the waters
residing in simple sleep.

            *

A glow rises from the fallow fields
envelopes his familiars
covers them with the alphabet of the passage.

            *

For a long time I breathed
at the level of your face
then one day         I went on to your knees.

            *

Like a dream
clamped in a vice
between two leaves of sandstone

I gained substance
in the bed of the colors taking shape.

I crossed the thin saliva curtain of initiation
I went to lose myself upon the mirrors of water
of all the waters —

in the vertigoes and the groves
there where the tongue is as lively
as a single atom of light.

            *

Veins opened
spun with the razor of comprehension.


Les fleuves du sixième sens


Nous tenons chacun un fil
de la corde des morts
chacun un fil.

            *

«Quelque chose venait soudain de blanchir en lui
comme s’il avait neigé à la pointe de sa conscience,
il ne parlait plus maintenant
qu’au nom de sa blessure secrète.»

            *

Contusion légères venues du sommeil,
là ou la chair touche l’os,
les mêmes que celles portées là où l’oeil touche le monde,
puis emportées par les capillaires sanguins –
les fleuves du sixième sens.

            *

L’oracle est sur nos vies
comme un crotale.

            *

Marques du temps dans la bauxite
des fils de lumière dans tes questions

l’énigme prouve
le don de l’insignifiance.

            *

Reclus
dans l’espace libre qui côtoie la geôle
là où un simple mouvement de cil
peut rompre l’équilibre

comme un orage
pris dans le lest de la terre.

            *

Ici rien ne se brise
ici à la faveur des eaux
en résidence de simple sommeil.

            *

Une lueur monte des grands champs au repos
enveloppe ses familiers
les couvre de l’alphabet du passage.

            *

Longtemps j’ai respiré
à hauteur de ton visage
puis un jour             je suis allé à tes genoux.

            *

Comme un rêve
pris en étau
entre deux feuilles de grès

j’ai pris corps
dans le lit des couleurs qui se forment.

J’ai franchi le fin rideau de salive de l’initiation,
je suis allé me perdre sur les miroirs de l’eau
de toutes les eaux –
dans les vertiges et les vergers
là où la langue est aussi vive
qu’un seul atome de lumière.

Veines ouvertes
filées au rasoir de la compréhension.


(Dumerchez, 2006)